Le globish, ou anglais facile, à la rescousse des "mauvais parleurs"

Publié le par Dolce

PARIS (AFP) - "Don't speak English, parlez globish." Le credo de Jean-Paul Nerrière, à l'origine du globish, pour global english, est des plus simples: il s'agit de simplifier la grammaire et le vocabulaire anglais, et rendre la langue la plus parlée accessible à tous.
L'idée lui vient en 1989. Jean-Paul Nerrière, alors vice-président d'IBM aux Etats-Unis et responsable marketing mondial pour le géant de l'informatique, voyage beaucoup. Il parle anglais avec ses interlocuteurs et s'aperçoit qu'il "communique mieux avec les Japonais que ne le font les Américains".
"Ils me comprenaient plus facilement (...) Comme nous étions plusieurs à faire des erreurs, ils ne prenaient pas peur et savaient qu'ils pouvaient recommencer leurs phrases", raconte-t-il.
L'expérience se vérifie avec des non-anglophones. M. Nerrière demande alors à ses collaborateurs américains de modifier leur façon de parler. De se mettre à un anglais global. Le globish est né.
Devenu retraité, M. Nerrière, âgé de 65 ans, se met à l'ouvrage. Deux livres "Parlez globish" et "Découvrez le globish" sortent en 2004 et 2005, vendus à 20.000 exemplaires. Trois traductions (Italie, Espagne et Corée du Sud) sont réalisées ou à venir.
"Il est préférable que partout dans le monde, y compris dans les pays anglophones, le vocabulaire et la syntaxe soient allégés, explique-t-il, avec 1.500 mots, on peut tout raconter".
En globish, "my nephew" (neveu) se traduit par "the son of my brother" (le fils de mon frère). "Awful" (effrayant) devient "terrible", plus facile à retenir. Et "an overwhelming majority" (une majorité écrasante) se transforme en "large majority".
Dans le lexique franco-globique, les syllabes à accentuer sont soulignées, pour une bonne prononciation.
La méthode semble porter ses fruits. Ainsi, Michel Fages, cadre dirigeant d'une grande entreprise de chimie, peu attiré par l'anglais, affirme avoir réalisé des "progrès évidents" grâce au globish.
"Le globish est présenté de manière ludique et très désinhibitrice. Maintenant, j'arrive à faire des présentations sur des thèmes ardus sans difficulté", s'enthousiasme-t-il.
Son professeur d'anglais, Alastair Gunn, est plus dubitatif. "Le globish est une solution à court terme, qui marche très bien pour des personnes en fin de carrière", observe-t-il.
Mais pour les plus jeunes, parler uniquement globish s'avèrerait catastrophique, selon lui. "Que feront alors les Français quand ils se retrouveront face à des Américains, des Néo-zélandais, ou même des Suédois?".
M. Nerrière considère en revanche que le globish, enrichi par le vocabulaire propre à chaque secteur d'activité, suffit à se faire comprendre. Et de rappeler que "l'objectif de cette langue n'a jamais été de faire déguster des livres d'Oscar Wilde en version originale à ses utilisateurs."

Publié dans La Dolce Vita

Commenter cet article

Rene Lenoir 01/11/2007 10:43

Je confirme que le globish a littéralement envahi le parler des entreprises "globales" (c'est à dire travaillant dans au moins deux pays différents). Cette version passe partout de la langue d'Henry Ford doit plus à Bob Marley qu'à William Shakespeare.Quelques échantillons savoureux dans "Brèves de couloir - betisier du langage d'entreprise"

Smellykat :0071: 02/07/2006 21:23

très intéressant ! je suis sûr que çà plairait à Double ! n'empêche qu'on se débrouille déjà un peu comme çà ! à défaut d'être super précis, on s'explique avec des mots plus faciles même si on rallonge notre phrase. Bonne fin de dimanche !

geneline 30/06/2006 14:21

"L'unescoien" ressemble déjà bien au globish. Une étape, peut-être; mais finalement très décevant!

Alex-ndre 30/06/2006 02:01

Moi, je fais du globish sans le savoir depuis tres tres longtemps.
Je suis a fond pour un globish humain unifie.
Globishons cool! Globishons sans complexe!

Dolce 29/06/2006 19:08

Pour moi c'est comme l'esperanto : voue a l'echec, et on restera sur l'anglais !