Des médaillons de Jeanne d'Arc pour protéger les soldats américains en Irak

Publié le par Dolce

WASHINGTON (AFP) - Une artiste américaine a entrepris de fabriquer et d'expédier des centaines de médaillons de Jeanne d'Arc en Irak, dans l'espoir que la petite bergère française protège les soldats américains.
"Nos soldats tombent sous les bombes, et ils n'ont pas d'armure. Je me suis demandée ce que je pouvais leur envoyer pour les protéger, et Jeanne s'est imposée", explique Pat Benincasa, 55 ans.
"Jeanne d'Arc traverse les frontières, les nations, l'Histoire, et elle parle à chacun d'entre nous. Elle a mis sa foi en Dieu pour accomplir l'impossible", poursuit cette spécialiste de l'art sacré, installée dans le Minnesota (nord).
Même si la mission de la petite bergère était de chasser une armée occupant son pays, elle reste "une battante, une soldate" en qui les troupes américaines en Irak, en Afghanistan ou ailleurs peuvent avoir confiance, assure l'artiste.
Un aumônier de l'armée américaine en Irak lui a déjà passé commande de 500 médailles, et depuis qu'elle a lancé son projet début avril, elle reçoit régulièrement des demandes de proches de soldats, explique-t-elle.
La médaille, élaborée par l'artiste à partir d'un tableau géant sur lequel elle travaille depuis deux ans, représente Jeanne en armure, sur un cheval au galop. Actuellement en cours de reproduction, les premiers exemplaires seront expédiés dans les prochaines semaines.
Pat Benincasa a lancé le projet sur ses économies, et invite sur son site internet les bonnes volontés à l'étendre en finançant la fabrication et l'envoi de lots de 50 (240 dollars) ou 100 médailles (456 dollars).

Publié dans Only in the USA

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Dolce 13/07/2006 16:27

Merci Thierry pour toutes ces explications !!!

Thierry 13/07/2006 08:01

Jeanne d'Arc représente la résistance contre l'envahisseur.Si elle était irakienne, les Américains la traiteraient probablement de terroriste comme les soldats nazis le faisaient des résistants français. Ou comme les Anglais du XVème siècle le firent, en quelque sorte, de la donzelle en l'accusant d'hérésie.Le plus absurde, c'est que ce sont donc les ancêtres de ces mêmes Américains (on peut le dire ainsi ?), à qui elle avait été livrée, qui s'empressèrent de la conduire au bûcher au terme d'un procès mené par l'Évêque Cochon, agissant à la solde des Anglois. Anglois qui, depuis, sont devenus les meilleurs alliés historiques des armées de l'Oncle Sam, notamment en Irak.Il est vrai qu'on n'en est plus à un amalgame ou à une confusion près... Jeanne d'Arc a donc de quoi se retourner dans ses cendres pour longtemps encore. Et des cendres qu'on retourne, ça me fait éternuer.En tous cas, si j'étais GI, je me méfierais un peu des effets supposés de cette médaille : qui sait si, d'où elle est, Jeanne d'Arc n'est pas restée un tantinet revancharde et qu'elle ne va pas être tentée de lever des bataillons d'Irakiens ? Espèrons au moins que pour les familles de ces GI, la médaille sera livrée avec un certificat de garantie, genre "Satisfait ou remboursé", car, pour en être arrivée là, ce serait le signe que l'armée américaine elle-même ne plaide vraiment plus pour la qualité du blindage de ses véhicules... S'il n'y a vraiment plus que la foi qui sauve, alors...A défaut de garantie, les aumôniers, quant à eux, continueront au moins d'assumer sans état d'âme la seule tâche qu'ils ont su accomplir depuis le début de cette triste histoire : le service après-vente...Et je ne parle pas de la charité qui pousse cyniquement l'église et/ou l'artiste à préciser qu'elles percevront près de 5 dollars par médaille vendue. On vient d'inventer les miracles par anticipation !... Mais pour qui ?