Giboulées de mars, semaine chargée

Publié le par Dolce

S'il y a bien quelque chose que je ne comprendrai jamais, outre les affres culturelles, c'est bien la façon dont le temps change dans ce pays. Vendredi dernier, froid. Samedi dernier froid. De dimanche a mercredi : pres de 20°C au plus fort de la journée, et aujourd'hui neige et grèle. Lorsque j'étais petite, j'attendais la neige avec une impatience non dissimulée, cela voulait dire qu'il n'y aurait pas école, et qu'on allait faire de la luge dans le village, et rentrer avec les joues toutes rouges sécher devant la cheminée avec un chocolat chaud.
Aujourd'hui, cela veut surtout dire que je pars en rendez-vous quand je peux, avec les trains qui ont du retard, les taxis introuvables, et que je marche à pas de geisha pour ne pas glisser et me retrouver le nez sur le trottoir. La neige, avant, c'était blanc. Dans les grandes villes, au bout de plusieurs jours, ce sont des amalgammes de trucs gris-noir qui ne donnent pas vraiment envie de luge ni de chocolat chaud.
Le week-end dernier a été plutôt calme. Vendredi soir on a dîné à Hoboken, et samedi Thomas m'abandonnait pour partir en France, séminaire commercial oblige. Du coup je suis allée voir une exposition sur Henri Cartier Bresson, au centre international de la photographie. Les formats étaient petits, puisqu'il s'agissait là d'une reconstitution de ses scrapbooks, mais comme il n'y avait personne, on pouvait rester le nez collé sur les photos autant de temps que l'on voulait. Le travail de Martin Munkasci était aussi impressionnant sur le mouvement en photo. Je remercie en tout cas Madame A L'Ouest pour sa super recette de pancakes du dimanche, car, bien que dégustés samedis, ils ont fait l'unanimité : on les adopte. Samedi soir, dîner entre Hobokenites dans un restaurant cuisine Nouvelle Orléans : des écrevisses en sauce, mmmmm.....
Dimanche, glandouille, glandouille et glandouille.
A partir de lundi, bien que le beau temps ait été au rendez vous (Hello, le soleil brille, brille, brille [etc]), la semaine était chargée en rendez-vous, sept en tout, plus une journée dédiée a une présentation pour un gros client mardi. Du coup j'attendais avec une impatience croissante le vendredi, et maintenant qu'on est vendredi soir il fait moche, il neige, les trottoirs glissent et je sens que je vais être malade. Nez qui coule, gorge qui raccroche... C'est normal me direz vous : je prends l'avion lundi. Pour Little Rock (Arkansas) via Chicago, puis Los Angeles via Houston *dans la même journée*... Et jeudi je rentre à New York. Ne vous attendez donc pas à ce que je puisse allègrement commenter tous vos blogs même si j'en meurs d'envie : je n'aurai pas le temps.
La bonne nouvelle de la semaine : je vais chercher mon visa le 10 avril prochain. Je serai donc en France du 9 au je-ne-sais-pas-combien avril. On progresse...

Publié dans La Dolce Vita

Commenter cet article