A dear price to pay

Publié le par Dolce

Note a tous ceux qui jalousent les expatries, et qui ont des etoiles dans les yeux a la lecture de leurs blogs, a la vue de leurs photos, cheveux au vent, qui devant la Statue de la Liberte, qui devant la Grande Muraille de Chine. Ce n'est pas la premiere fois que je le note, je pense juste que parfois, un petit rappel est le bienvenu.
Si vous n’avez jamais ete plus de quelques semaines d’affilee a l’etranger, malheureusement, c’est quelque chose que vous avez du mal a apprehender. Vous ne vous rendez pas compte du prix a payer pour ces quelques instants d’exotisme. Notre soif de decouverte, dans un milieu culturel different qui nous prend souvent au depourvu et que nous tournons de maniere amusante au detour d’un article laisse parfois un arriere gout fort amer.
Rien n’est plus dur que de se savoir loin de votre ancient petit monde, rassurant, de votre famille et de vos amis. Votre famille ne vous oublie pas – elle en souffre d’ailleurs, un peu comme vous, trop loin. Que celui qui n’a jamais perdu un parent en France, et pris un avion en catastrophe pour n’arriver que trop tard leve la main.
Si la decouverte et le plaisir de se sentir different compense vos semaines de conges supplementaires, rien ne viendra rattrapper une grand-mere qui decede, ni des amis qui vous envoient leurs photos de mariage par email alors que vous n’aviez pas meme recu de faire-part. Vous etes vite oublie.
Rien ne remplacera le fait que vous etes parti, laissant un creux douloureux au sein de votre famille, laissant un creux vite comble parmi vos amis.
La distance efface les liens qui ne sont pas ceux du sang ni ceux des quelques courageux qui gardent contact : ceux qui comprennent que sans effort, rien ne se cree, rien ne se transforme, tout se perd.

Publié dans La Dolce Vita

Commenter cet article

marilecl 07/08/2007 16:15

Coucou Dolce! Je suis un peu en retard..cependant, j\\\'ai recu ton petit mail de déménagement, et je voulais te répondre. Prendre des nouvelles, savoir comment ca va, c\\\'est vrai je trouve dommage que les kilometres nous fassent oublier. Dès que j\\\'ai 3 minutes à moi (oui ca fait un peu : je suis surbooké..mais c\\\'est vrai..!!) je t\\\'ecrirais un petit mail pour te raconter ma vie et savoir comment tu vas!
C\\\'est pas mal ces petites piqures de rappel en forme d\\\'article..
A bientôt!
Marion

geneline 05/08/2007 20:53

Ça, c'est le coup de blues classique de l'expat, de préférence en juin entre autres quand des "charrettes" rentrent en France et qu'il faut un peu reconstruire son environnement.Quand les "Français de France" vous parlent de chance -tout le monde a connu ça surtout quand on est à San Francisco- après qq semaines d'exaspération, j'ai pris l'habitude de dire "oui c'est super" et d'expliquer comment dans la branche professionnelle de mon interlocuteur, il faudrait faire pour "avoir la même chance".. Coup d'air frais "oui, mais c'est loin etc...Oui c'est loin, ce n'est pas toujours facile,mais on se sent aussi tellement plus riche et plus fort qu'avant de partir!.

deboirah 03/08/2007 10:08

Je suis d'accord...

Arnulfe 02/08/2007 22:02

Hey Dolce, on sent le vecu de l\\\'expat! Et je confirme tes dires. Moi c\\\'est malheureusement pas un mariage que j\\\'ai loupe, mais ma grand-mere... Bref, c\\\'est pas toujours facile d\\\'etre loin. Et puis les amities que l\\\'on se fait ici sont souvent superficielles, parce que justement nous vivons au milieu d\\\'expats qui vont et qui viennent..
Par contre, certains de nos amis en France nous oublient, mais on en oublie aussi nous-memes! combien de fois me suis-je dit qu\\\'il fallait que je reponde a tel ou tel e-mail qui finalement finit enfoui dans l\\\'inbox...

detaps 02/08/2007 14:19

bah alors? c'est quoi ce petit coup de blues ?
non, mais je comprends exactement ce que tu ressens... quelle ne fut pas ma deception d'etre la derniere au courant (et bien longtemps apres les autres) des fiancailles de mon propre frere lorsque j'etais a NY!!!
c'est en fait la raison pour laquelle je n'ai pas trop insiste pour revenir une fois mon visa expiré: c'est une ville geniale, mais je pense qu'une telle distance fait ressentir encore plus l'eloignement des proches (familles et potes)
Ceci dit, il faut voir le bon cote des choses: tu epures ton carnet d'adresse! parce que les gens s'attendent a ce que ce soit toi qui fasse toujours les efforts pour garder contact. c'est pas tous les jours facile de cumuler son ancienne vie et sa nouvelle vie.
N'oublie pas que tu as toute ta communaute NYkaise, c'est eux ta nouvelle famille, tes nouveaux amis. On a une chance incroyable d'etre expat, ou qu'on soit... et tu peux pas savoir comme certains doivent t'envier...
et puis dans l'epuration du carnet d'adresse: seuls les meilleurs restent, et c'est ceux la qu'il faut le plus soigner !
alors vive NY !!!
Bisous londoniens